Narrateur

Publié le

Cette première partie de mon histoire, je vous la narrerai à la manière d'un roman. Peut­

être s'agira­t­il de mon premier roman, celui que j'ai toujours rêvé de partager avec le

reste de l'humanité, ou lorsque je révise mon ambition, avec une petite partie de l'Europe

francophone seulement. Toutefois, je ne puis lui garantir une fin digne de ce nom, tant il

serait malaisé de la faire se produire sans que je n'y apparaisse et tant la peur de

dévoiler ce que je suis ou ce que je fais m'est pénible. En outre, il faut attendre de ce

début, un caractère imprécis : je m'inspirerai grandement de faits réels, comme on dit,

mais ne les ayant pas vécus, n'ayant entendu que quelques versions sporadiquement

concourantes de cette histoire, mon imagination ­ qui soit en dit en passant m'a

jusqu'alors toujours fait défaut ­ fera le reste et peut­être serai­je inconsistante.

Egalement, il est probable que je m'égarerai dans des récits secondaires, dont il sera

possible de faire abstraction, sans pour autant corrompre le fil principal ; ainsi cette

narration ne sera pas élaborée avec la rigueur linéaire dont sont capables les

spécialistes, qui ne laisse pas l'occasion à celui qui lit de se sentir perdu, pas plus qu'elle

ne polie par un souci constant de perfection et je m'en excuse par avance, auprès de

ceux qui apprécient avant tout le professionnalisme du narrateur, l'irréprochable de

l'écrivain.

Il est des détails, dont la nourriture, dont je ne ferai guère mention ; puisqu'étant

particulièrement sensible à cette dernière, je ne veux par­dessus tout, pas créer des

menus factices, j'aurai trop peur d'y inscrire mes goûts personnels et de trahir ainsi le peu

d'authenticité que je parviendrai à mettre dans ce roman. Je prendrai donc soin d'éviter

les repas et introduirai à la place, tantôt de petits en­cas qui seront suffisants, tantôt des

séances d'apéritifs, sans pour autant préciser trop en détail la nature des boissons. Cette

considération peut vous paraître pour le moins futile, mais il est dans mon devoir

d'exprimer mon honnêteté là où je peux le faire et vous ne m'en tiendrez pas rigueur, j'en

suis certaine, elle vous permettra même peut­être d'avoir la sensation d'être dans les

confidences. Un sentiment qui sera très présent chez les uns et les autres dans cette

narration, je vous laisse le soin de le remarquer.

Commenter cet article