Fille aux rêves 17

Publié le

Chapitre 17

Mercredi matin, j'étais au travail, en pleine action. Enfin, il faut s’entendre ; je n’étais pas en train de tuer un crocodile au beau milieu de la forêt amazonienne, ni en train de parcourir les tréfonds du système solaire dans un fusée prévue à cet effet (par ailleurs, quelqu’un a-t-il seulement déjà fait ça ?), j’étais simplement en train de passer un coup de fil à la banque, pour obtenir des papiers que des clients avaient réclamés. J’étais tout à fait concentré à mon affaire et il faisait la météo qu’il faisait, ça, ça n’avait aucune sorte d’importance ; selon toute vraisemblance, à moins d’une tornade ou de quelque chose du genre, j’allais mener à bien ma tâche. En vérité, il ne pleuvait pas, ou au moins, pas de manière visible ou audible. Dans la salle d’à côté, la voix de la secrétaire s’érigeait et ses talons, contre le parquet en saccade, c’était tout ce qui pouvait me déranger. Intellectuellement, dans ma tête, ça fonctionnait à merveille. Mais en vérité, ça n’allait pas fonctionner bien longtemps.

En effet, au fond de la poche gauche de mon pantalon, le téléphone portable se réveilla - c’était mon téléphone privé, pas le professionnel sur lequel mon oreille droite s’appuyait déjà et qui me permettait d'écouter un employé de banque, certainement vêtu d'une cravate. Mais ça, en est-on jamais sûr.

Ce qui est certain c'est que sur mon privé, il s'agissait de la fille aux rêves et sans même y réfléchir, je décrochai et plaçai le combiné sur mon oreille gauche. Maintenant, mes deux tympans étaient occupés. Et alors, ça n'allait pas être une journée "normale", l'idée m'a un peu fait sursauter.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article